L’association RAGSTER, créée par des habitants des villes et villages des Yvelines, est une association trans-partisane sans but lucratif.

Le but de notre association est de faire baisser le plus rapidement possible l'exposition aux pesticides des communes de France entourées de terres agricoles.

2 moyens d'action :

1) L'association accompagne le Rachat et la mise en Gestion Santé de Terres agricoles et forestières afin de protéger les habitants de l’inhalation des pesticides.

2) RAGSTER seconde aussi, gracieusement, les élus qui veulent agir, à rédiger des arrêtés protégeant la santé de leurs administrés. En effet, il convient d’ajuster au mieux, juridiquement, le texte de ces arrêtés. Le premier arrêté "Interdiction d'usage de pesticides à moins de 150 m des habitations" a été pris le 18 juin 2019 par la mairie de Langouët en Bretagne.

De nombreux autres maires ont rapidement suivi son exemple: en région parisienne, Le Perray en Yvelines, Gennevilliers... mais également sur toute la France. Vous pouvez soutenir ces maires courageux en affichant sur votre sac, votre voiture, votre vélo, ces "Catch-phrases" qui résument bien le problème: DEP 150 m ! ou "Les pesticides, c'est pour nos poumons !"

Pour aider l’association (dons de terres agricoles, dons pour le rachat de terres en vue de leur passage en "gestion santé"), n'hésitez pas à nous contacter: nous vous orienterons vers le fonds de dotation Ragster.


.Membres du bureau et du conseil d’administration / Contact .


Président : Monsieur Jean-Yves Bohic, chimiste

Secrétaire et Vice-présidente : Madame Lesley Sander, juriste

Trésorière : Madame Aline Read

Conseil d’administration :

Madame Marie-Christine Aguesse, juriste

Madame Cécile Méchain, juriste

CONTACT : RAGSTER - BP 20096 - 78413 Aubergenville CEDEX...mail: contact @ ragster.org ...Site : RAGSTER.org


.PESTICIDES + NANO : les effets sur notre santé.



Il y a vingt ans déjà, une étude publiée par l'Université de Strasbourg montrait qu'on absorbe beaucoup plus de pesticides par l'air que nous respirons que par ingestion. On a beau tenter de se protéger au niveau de l'absorption alimentaire en mangeant bio ou en lavant bien nos légumes, on ne peut s'empêcher de respirer. On trouve, en moyenne, 20 pesticides variés, d’origine agricole, dans les poussières de nos maisons. Et l'air que l'on respire est beaucoup plus dangereux aujourd'hui qu'il y a 50 ans.

Car dans le plus grand silence, les fabricants d’agro-toxiques ont progressivement transformé la formulation de la plupart des pesticides et engrais, en y intégrant des formes nanoparticulaires: les "Nano". Un des buts des "Nano" est d'aider ces produits chimiques tueurs ("cide" veut dire "qui tue"), à passer les barrières mises en œuvre par le vivant pour se protéger, et pénétrer ainsi "au cœur" des cellules. C'est d'ailleurs écrit en toutes lettres sur certains bidons de pesticides : "pénètre aisément au cœur des cellules". En oubliant que les végétaux, les champignons, les animaux ET LES HUMAINS sont tous des eucaryotes (pareillement constitués de cellules à noyaux); et qu’un produit conçu pour pénétrer aisément les cellules coriaces d'un végétal ou d'un champignon, peut tout à fait pénétrer les cellules humaines.



Les avertissements ne manquent pas, mais c'est peine perdue. Des scientifiques (INSERM, INRA, CNRS..) réclament, en vain, la suspension des fongicides au SDHI*, nocifs pour l’homme. Ces produits inhibent, dans les cellules du champignon cible, l’enzyme qui permet à celles-ci de respirer. Or, cette enzyme est commune aux cellules de tous les êtres vivants : ces chercheurs ont prouvé que les cellules des cobayes exposés au SDHI voient également leur processus respiratoire bloqué et deviennent cancéreuses. Mais ces produits continuent à être utilisés sur le blé et l'orge, 2 cultures qui environnent nos villes et nos villages. Au niveau des herbicides, on devrait continuer à respirer le glyphosate, cancérogène, alors qu’en Argentine, dans des provinces où on utilise le glyphosate, une distance de protection de 100 m autour des habitations est établie et que des maires se battent pour obtenir 200 m ! Chez nous, les préfets les plus audacieux demandent une distance de 5 m (!) pour "protéger" les écoles, et de temps en temps, un pesticide jugé trop dangereux est retiré après que la population ait été utilisée pendant des années comme cobaye pour le tester.



Il faut savoir que les femmes, au système hormonal plus complexe et à la peau plus fine, sont beaucoup plus sensibles que les hommes aux pesticides perturbateurs endocriniens (migraines inexpliquées, difficultés de concentration, cancers variés et cancers du poumon identifiés après biopsie comme étant d’origine environnementale...). Sous prétexte de nourrir la population, doit-on, pour autant, la tuer à petit feu, ou lui imposer une qualité de vie déplorable? Alors qu’il existe d’autres modes de culture? Il n’est pas acceptable de considérer les êtres humains comme des cobayes.



Mais nous avons à présent une arme pour faire bouger les choses : en avril 2018, les experts de la Commission Européenne ont classé l’inhalation comme la voix royale d’exposition aux nanoparticules. Cette reconnaissance officielle permet d’agir rapidement, au niveau local, afin de faire cesser cette mise en danger de la vie d’autrui. Aidés par RAGSTER, les maires des communes proches des cultures, peuvent prendre des arrêtés protecteurs, et créer des zones cultivables sans pesticides en bordure des habitations. Les agriculteurs pourront transformer cette contrainte en opportunité en passant ces parcelles en Agriculture Biologique, l’AB étant l’une des rares activités françaises à bénéficier d’une croissance à 2 chiffres.

SDHI: inhibiteur de la succinate Déshydrogénase

.

.Fiches :


Qui sommes-nous ? Membres du bureau, du conseil d'administration / contacts




FICHE N°1 NANO ? Des particules invisibles aux effets imprévisibles



FICHE N°2 Autres effets sur la santé des " Pesticides + NANO "



FICHE N°3 Pesticides + NANO Les agriculteurs, premiers impactés



FICHE N°4 Les actions des fabricants : la loi du silence



FICHE N°5 Réforme de REACH (Règlement européen qui régit les produits chimiques)



FICHE N°6 Comment a-t-on pu laisser faire cela ?



FICHE N°7 Des solutions : les titulaires d’un pouvoir réglementaire peuvent agir



FICHE N°8 Des solutions : l’action des citoyens



FICHE N°9 Questionnaire Santé (anonyme)




FICHE N°10 Bibliographie



FICHE N°11 Formulaire

Formulaire d'inscription pour participer à la Charte Départementale sur les Pesticides : venez nombreux car il faudra s'assurer qu'elle sera bien protectrice et... contraignante (adresses des chambres d'agriculture sur chambres-agriculture.fr)


FICHE N°12 Notre analyse de la charte "de bon voisinage" proposée par la FNSEA aux maires pour empêcher la prise de l'arrêté